Le film POLTERGEIST, par JPB !!

Année : 1982 – Réalisateur : Tobe Hooper

Des films d’horreur, j’en ai vu dans ma vie, et un sacré paquet. J’ai eu deux périodes actives : entre 13 et 20 ans, quand on m’a raconté Evil Dead et que je me suis mis à dévorer les revues telles que Starfix et Mad Movies ; et au début des années 2010, quand l’essor des DivX m’a permis de voir enfin de nombreux films d’horreur dont j’avais lu les critiques dans ces journaux à l’époque, mais que je n’avais jamais pu dénicher.
Avec l’âge et le recul, il y en a quelques-uns que j’aime beaucoup, pour leur inventivité ou leur contexte. Peu d’entre eux m’ont réellement fait peur (j’ai plus tendance à me bidonner qu’autre chose !), mais j’avoue que L’Exorciste, Evil Dead, le premier Alien ou Poltergeist quand j’étais jeune, et plus récemment Ring ou The Grudge, m’ont quand même bien fait frissonner.

Du coup j’ai bien envie de vous parler de Poltergeist. Encore aujourd’hui, c’est un film que je regarde régulièrement, que j’apprécie pour ses idées parfois délirantes, son ambiance parfois légère et parfois pesante, et tout simplement son histoire.

Poltergeist cinema années 80 - Affiche film - Eighties

Histoire

Cuesta Verde est l’archétype des petites banlieues-dortoirs américaines de l’époque : de grandes maisons plus ou moins identiques sur deux étages, une petite rue pour que chacun accède chez lui dans sa voiture aux bas de portes imitation bois, des voisins qui tondent la pelouse, regardent les matches ensemble ou se battent pour regarder la télé en changeant de chaîne à l’aide de la télécommande, ce qui affecte les télés mitoyennes…

Poltergeist cinema années 80 - Maison - Eighties


C’est là que vit Steven Freeling, agent immobilier, avec sa femme Diane qui s’occupe de leurs 3 enfants : Dana, Robbie et Carol-Anne. Leur vie est tout ce qu’il y a de plus normal, jusqu’à une nuit où Carol-Anne est réveillée par le bruit de l’écran de télévision qui diffuse “la neige” après la fin des programmes télé (les parasites qu’on avait dans le temps quand il n’y avait plus rien à capter : hé oui, il n’y avait pas de diffusions 24 heures sur 24 quand j’étais jeune, et c’était pareil aux USA !). Carol-Anne, qui a 6 ans, s’assoit devant le téléviseur et commence à parler avec lui. Le lendemain soir, même situation, mais une sorte d’ectoplasme sort de la télévision et s’engouffre dans un petit trou sur le mur d’en face, provoquant un tremblement de terre dans toute la maison. Carol-Anne fixe alors ses parents réveillés et annonce : “Ils sont ici.”

Poltergeist cinema années 80 - Carole Anne - Eighties


Dès ce jour, les phénomènes étranges vont s’amplifier, jusqu’à un terrible soir d’orage pendant lequel l’arbre mort du jardin, avec ses deux branches ressemblant à un bras et une main, s’empare de Robbie et essaie de le manger ! Pendant que les parents se précipitent pour lui venir en aide, tous les objets de la chambre de Carol-Anne, ainsi que la fillette elle-même, sont aspirés dans sa penderie. Toute la famille se met à sa recherche, mais hormis les jouets et le lit, pas la moindre trace de Carol-Anne… jusqu’à ce que les parents se rendent compte que Carol-Anne leur parle depuis le poste de télé qui diffuse toujours “la neige”…

Poltergeist cinema années 80 - Chambre - Eighties Poltergeist cinema années 80 - Carole Anne - Eighties

Diane va demander de l’aide à des parapsychogues, qui à leur tour dépassés par les évènements, feront appel à Tangina Barrons, une voyante renommée. Arriveront-ils à retrouver Carol-Anne et à la ramener auprès d’eux, et que va-t-il leur arriver à tous ?

Poltergeist cinema années 80 - Famille - Eighties


Je m’arrête là. Je pense que vous devez tous avoir vu ce film. Il est passé à la télé plusieurs fois, et il est facilement trouvable en DVD.
Mais si ce n’est pas le cas et que vous voulez connaître la suite, il faudra acheter le film, ou essayer de le dénicher sur le net. Je vous garantis que la suite va vous défriser mais sachez cependant que, contrairement à bien des films d’horreur, Poltergeist se termine bien.

De quoi est-ce qu’on parle exactement ?

Le film traite des phénomènes paranormaux, principalement – vu le titre – des poltergeists. La définition de Wikipédia indique :

Un poltergeist, de l’allemand Poltergeist, dérivé de poltern « faire du bruit » et geist « esprit », est un phénomène paranormal consistant en des bruits divers, des déplacements, apparitions ou disparitions d’objets et autres phénomènes a priori inexplicables.

La plupart du temps, on associe les poltergeist à des enfants ou à des adolescents qui se trouvent dans le périmètre des manifestations : c’est eux qui, sans le savoir, sont la source des phénomènes plus ou moins dangereux. Concrètement, on a déjà parlé des pouvoirs de l’esprit sur la matière, comme la télékinésie ou psychokinésie ; mais cette pseudo-science n’a pas encore donné de réels résultats, toutes les expériences entreprises étant largement sujettes à caution. Les célébrités censées avoir ce genre de pouvoirs ont été finalement reconnues comme de simples illusionnistes, comme Uri Geller démasqué par Gérard Majax le 14 mars 1987 dans l’émission Droit de réponse.

Quelques films d’horreur utilisent le principe de l’esprit qui agit sur les objets ou les humains, comme Carrie de Brian de Palma (1976) ou Scanners de John Carpenter (1981).

Poltergeist cinema années 80 - Fantome- Eighties

On ne traite pas réellement de religion dans Poltergeist : on n’est pas au même niveau qu’Amityville ou L’Exorciste. Néanmoins, on parle de l’au-delà, de la lumière et des ténèbres, des esprits bienveillants ou malveillants… Surtout, à mon sens, on traite du respect des croyances de chaque peuple, et du profit à tout prix qui est parfois, hélas, plus fort que ce respect. Ah oui, bien entendu, on n’oublie pas dans ce film LA fameuse question qui taraude l’humanité depuis le commencement des temps : “y’a-t-il une vie après la mort ?” 

Poltergeist y apporte cette réponse : oui.

Je vous rassure : aucun des réalisateurs n’en a eu la preuve concrète, mais pour les besoins de l’histoire on ne pouvait pas faire autrement ! Sans vouloir spoiler pour ne pas gâcher la surprise pour ceux qui n’ont pas encore vu le film, disons que la famille Freeling est victime d’une vengeance perpétrée à travers la mort.

Je n’ai pas trop d’idées concernant d’autres films qui se baseraient sur une idée similaire… sauf peut-être The Crow d’Alex Proyas (1994), mais à contre-pied puisqu’on y suit l’histoire de celui qui se venge, et pas de ses victimes.

Après, on a encore une foule de détails liés à ces deux éléments de base qu’on pourrait énumérer, mais ça ne serait pas une bonne idée (pas plus que d’essayer de trouver tous les clins d’œil à Star Wars présents dans Poltergeist). Je dirais que les réalisateurs se sont lâchés en mettant un peu de tout dans leur film, et surtout en liant toutes ces manifestations de façon “crédible”. 

Le film

Sorti en juin 1982, Poltergeist a été un succès immédiat aux USA, puis dans le monde (notamment en France). Aujourd’hui, il est considéré comme un classique des films d’horreur, a reçu la reconnaissance de l’American Film Institute, et est très bien coté sur le site Rotten Tomatoes avec 86%.

Il a été officiellement réalisé par Tobe Hooper (Massacre à la tronçonneuse), avec Steven Spielberg comme producteur et scénariste. Mais il semblerait que Spielberg ait joué un bien plus grand rôle en tant que réalisateur proprement dit. Les avis sont partagés, il y a même eu une enquête officielle et au final, je dirais que ça n’a pas une grande importance. Les deux hommes ont certainement réalisé chacun certaines scènes, et du moment que l’assemblage est réussi, c’est tout ce qui compte.

Poltergeist cinema années 80 - Eighties


La musique est de Jerry Goldsmith (Star Trek, Rambo, La Momie… Visitez sa page Wiki  pour voir ses innombrables contributions au cinéma) et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle colle parfaitement aux images. Le thème principal de Carol-Anne y est tantôt doux comme une berceuse, tantôt inquiétant, voire violent… et ce n’est pas la seule musique qu’on retiendra du film. Jerry Goldsmith est un des précurseurs de la musique de film d’horreur, ayant réalisé celles de La Malédiction et d’Alien.

Ce qui est amusant, c’est que dans le même temps, Steven Spielberg travaillait sur un autre film : E.T. l’Extra-Terrestre, et celui-là j’en suis sûr : tout le monde le connaît ! On pourrait dire que Spielberg s’est un peu tiré une balle dans le pied, car Poltergeist a été nommé pour l’Oscar des meilleurs effets visuel, et pour l’Oscar de la meilleure bande originale… mais c’est E.T. qui les a raflés tous les deux ! Poltergeist a tout de même obtenu le Prix BAFTA des meilleurs effets spéciaux, et les Saturn Awards du meilleur film d’horreur, du meilleur maquillage et du meilleur second rôle féminin.

Les récompenses étaient largement méritées… Pensez que dans une des scènes finales du film, dans le trou creusé pour faire une piscine, surgissent les squelettes du cimetière : Craig Reardon, un artiste des effets spéciaux, a expliqué qu’il était moins cher d’acheter de vrais squelettes que des squelettes en plastique, ceux-ci nécessitant un travail supplémentaire. Si ça, ce ne sont pas des effets spéciaux du tonnerre !!


Poltergeist cinema années 80 - Squelette - Eighties


La phrase “Ils sont ici” que déclame Carol-Anne, en version originale “They’re here“, fait partie des citations les plus connues du cinéma. Elle est immédiatement entrée dans la culture générale américaine, un peu comme le “C’est cela, oui…” dans Le Père Noël est une Ordure en France.

Pour info, la maison des Freeling se trouve à Simi Valley en Californie, et la famille qui l’a loué à l’équipe de production l’habite encore aujourd’hui.

Acteurs principaux

Craig T. Nelson joue Steven Freeling. On l’a vu notamment dans La Déchirure, L’Associé du Diable, Des Hommes d’Influence… Il double Bob Parr dans Les Indestructibles 1 et 2.
JoBeth Williams est Diane Freeling. Elle a tourné dans Kramer contre Kramer, Le Jour d’Après, dans les séries 24 Heures Chrono et Dexter.
– Heather O’Rourke incarne la benjamine Carol-Anne. Elle a joué dans des séries télé comme L’Île Fantastique, CHiPs, Matt Houston… Elle est morte à 12 ans des suites d’une sténose intestinale.
– Oliver Robins est le benjamin Robbie. Il a joué principalement dans Y a-t-il enfin un pilote dans l’Avion, puis est passé de l’autre côté et est devenu réalisateur et écrivain.

– Dominique Dunne joue l’aînée Dana. On l’a vue également dans quelques séries telles que Pour l’Amour du Risque, Fame, Capitaine Furillo… Elle est morte à 23 ans, étranglée par son petit ami. Sa tombe est à côté de celle de Heather.
– Zelda Rubinstein est la voyante Tangina Barrons. Elle a joué dans de nombreux films et séries comme Les Contes de la Crypte, Poltergeist : les Aventuriers du Surnaturel, ou Le Caméléon.

Poltergeist cinema années 80 - Eighties

Tous ces acteurs sont parfaits. On n’a aucune difficulté à ressentir leur amour, puis leur inquiétude, et enfin leur terreur. La famille Freeling, mais également les parapsychologues, permettent d’éprouver de l’empathie pour eux en face de ces forces d’un autre monde, en même temps qu’on ne peut pas oublier le sort incertain de Carol-Anne.

Suites / Remake

Ce qui, à mon sens, fait aussi la force de Poltergeist, ce sont les touches d’humour qui le parsèment.

Par exemple, au début, Carol-Anne qui, assise sur le parquet de la cuisine, glisse toute seule sur toute la longueur de la pièce et dit : “Maman, ça brûle !” Les phénomènes étranges ne représentent pas une menace au début de l’histoire.

Autre exemple, un des parapsychologues explique avec enthousiasme qu’ils ont pu filmer une petite voiture glisser sur 2 mètres en 7 heures ; il a fallu repasser la scène en accéléré pour voir ce résultat “fantastique !”. Steven répond : “oui-oui” d’un air totalement blasé, et ouvre alors la porte de la chambre de Carol-Anne : tous voient les jouets de l’enfant tourner en rond dans la pièce, comme pris dans une tornade ; une lampe se revisse même à une ampoule, qui s’allume aussitôt, alors qu’évidemment la lampe tourne avec les autres objets et n’est pas branchée. Quand ils redescendent, la directrice des parapsychologues accepte une tasse de thé d’une main tremblante…

Poltergeist cinema années 80 - Objets volants - Eighties

Ces moments sont aussi cultes que les scènes d’horreur pure, et parmi celles-là, il y en a qui sont inoubliables (je pense aux hallucinations d’un des parapsychologues, avec le morceau de viande qui rampe dans la cuisine, puis le passage dans la salle de bains).

À mon sens, les suites ne parviendront pas à autant captiver le spectateur et à proposer autant de mélange entre humour et horreur, ce qui explique qu’elles aient eu moins de succès.


Poltergeist 2 (1986) est la suite directe, avec les mêmes acteurs. La famille a déménagé car Cuesta Verde est devenue un site de fouilles archéologiques.

Je l’ai vu et je l’ai trouvé moins bien. On peut y noter des incohérences car la source des manifestations ne serait plus le cimetière indien, mais le Révérend Kane, gourou d’une ancienne secte établie dans une grotte, sous le cimetière. 


Dans Poltergeist 3 (1988), on ne retrouve que Carol-Anne Freeling et Tangina Burrons. La fillette est envoyée chez son oncle Bruce et sa tante Patricia (incarnés par Tom Skerrit et Nancy Allen). Mais le Révérend Kane entend bien se venger.
Je l’ai vu aussi, et même avec la présence de Tom Skerrit (Alien, Top Gun…) et Nancy Allen (Carrie, RoboCop…), je dirais que c’était le film de trop. D’ailleurs, je ne m’en souviens même plus.

En ce moment c’est visiblement la mode des remakes : Evil Dead, Freddy Krueger, Scream Poltergeist y a eu droit aussi en 2015. Je ne l’ai pas regardé le film (je n’ai vu que la bande-annonce qui ne m’a pas emballé) et je n’en ai pas entendu dire beaucoup de bien – il n’est resté que 3 semaines à l’affiche en France…

La malédiction… 


On a commencé à croire à une malédiction autour de ce film, un peu comme avec le Superman de Richard Donner. Pour certains même, le fait qu’ils aient utilisé de vrais squelettes (voir plus haut) en serait à l’origine ! Mais quels seraient les autres évènements l’ayant mise à jour ?

– pendant le tournage du premier film, Oliver Robins a échappé de peu à une strangulation par une des marionnettes. C’est Steven Spielberg qui s’est rendu compte que l’équipe du film aurait pu étrangler réellement l’enfant et qui est intervenu (inutile de dire que ceci a profondément marqué le jeune acteur) ;

– la mort tragique de Dominique Dunne, juste après le premier film, dont j’ai déjà parlé ;

– dans la période entre Poltergeist 2 et 3, le décès (cancer diagnostiqué des années plus tôt) de Julian Beck, qui jouait le gourou Kane dans Poltergeist 2 ;

– dans la même période, le décès (défaillance rénale après une greffe du cœur et du poumon) de Will Sampson, qui incarnait le chef Indien dans Poltergeist 2 également ;

– la mort de Heather O’Rourke, pendant le tournage du troisième opus, dont j’ai également parlé plus haut.

Poltergeist cinema années 80 - Garçon- Eighties

À vous de voir si vous croyez à ce genre de choses…

Conclusion

Poltergeist restera pour moi un des meilleurs films d’horreur que j’ai vus. Comme je l’ai écrit plus haut, je le revois régulièrement, la musique est un chef d’œuvre, la novélisation de James Kahn que j’ai achetée en collection J’ai Lu il y a des années est un régal à lire et fait honneur au film (James Kahn est connu pour ses excellentes novélisations à partir de scénarios et/ou de films). En ce moment, je commence à regarder des films un peu inquiétants avec ma fille de 12 ans, histoire de lui montrer un aspect du cinéma qu’elle ne connaît pas et qu’elle va bientôt découvrir avec ses copines. Dernièrement, je lui ai montré la série des Alien, The Thing de John Carpenter, ou encore Les Autres… mais je réserve Poltergeist pour quand elle sera plus grande : je pense qu’il est encore un peu trop flippant pour elle !

Vous trouverez ici une page très intéressante de Wikipedia sur les films d’horreur triés par décennies.

 

Lire et participer au sujet sur le forum

Vous avez aimé ? Partagez !!!
209

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*