La correspondance 80’s expliquée à mon enfant !

“ Papa, papa ! A l’école, on apprend à recycler les vieux papiers, il parait que c’est bon pour les forêts et notre planète !

– Ah oui ? C’est bien ça, d’ailleurs, tu pourrais aussi donner des vieux jouets aux bonnes œuvres, il y en a plein avec lesquels tu ne joues plus, non ?

 

– Oui, bah on verra plus tard, pour l’instant, je m’occupe du papier ! J’ai trouvé un carton de vieux papiers au grenier, y a ton nom sur plein de feuilles et des enveloppes, je peux les emporter au recyclage ?

– Faut voir … montre moi ce carton … AAAAHHHhhh !!!! Non non non non non non non !! Pas question de jeter tout ça, ces papiers sont très précieux, et ont une grande valeur sentimentale. Il s’agit de la correspondance de ma jeunesse ! C’est un vrai petit trésor auquel je tiens énormément.

 

– La correspondance de ta jeunesse ? C’est quoi ça ?

– Ce sont toutes les lettres et les cartes que je recevais de mes amis ou de ma famille quand j’avais ton âge … j’ai tout conservé, et il m’arrive de les relire, avec toujours autant d’émotion …

 

– Et pourquoi moi je ne reçois jamais de courrier ? A part une carte postale quand Papy et Mamy partent en vacances, personne ne m’envoie des lettres …

– Les temps changent, fiston … On ne prend plus guère le temps d’écrire des lettres… les gens doivent penser qu’avoir un profil Facebook et un Twitter suffisent pour tenir tout le monde au courant de leurs voyages et de leurs humeurs, et que ça suffit bien comme ça …

 

– Parce qu’avant c’était pas pareil ?

– Non ! Nos lettres étaient personnalisées, car elles étaient à destination d’une seule personne. A chaque ami son courrier ! Tiens, par exemple, tu vois ce paquet avec les enveloppes hachurées de bleu et de rouge, avec l’inscription “Par Avion” ? Ce sont  les lettres envoyées par mon correspondant des Etats-Unis quand j’avais 11 ans !

 

– Ces lettres voyageaient vraiment par avion et traversaient les océans ? ça servait à quoi de leur faire faire tout ce chemin ?

– Mais c’était le seul moyen de communiquer avec des amis lointains ! Y avait bien le téléphone, mais mes parents n’auraient jamais accepté que j’appelle aussi loin ! Et c’était bien plus rigolo d’écrire des lettres : j’étais en 6ème, j’arrivais à peine à écrire des phrases en anglais, et de son côté, mon corress’ avait encore plus de mal avec le français. Mais on arrivait à se comprendre, on accompagnait notre charabia de petits dessins ou de photos de nos maisons, de nos villages, de notre famille …

 

– Et on pouvait cliquer sur “J’aime” ?

– N’importe quoi, voyons ! Il faut que tu te fasses à l’idée qu’il y avait une vie avant les réseaux sociaux ! On ne cliquait sur rien du tout. Pour répondre, on prenait notre stylo, on rédigeait une nouvelle lettre : on le félicitait pour ses photos, on enviait ses vêtements américains, on admirait sa ville, etc …

 

– Et à chaque fois, il fallait écrire des pages entières ?

– Non, c’était selon les humeurs. Maintenant, les enfants ne prennent leur stylo que pour faire leurs devoirs ou écrire leurs rédactions … Pour les enfants des années 80, écrire n’était pas toujours un devoir ou une corvée. On écrivait quand on avait envie, ça permettait de donner des nouvelles à notre entourage. Et en contrepartie, que ce soit seulement quelques lignes, ou plusieurs pages, c’était un vrai plaisir de recevoir des nouvelles des autres !

 

– Et vous écriviez sur quoi ? Sur des feuilles de classeur ou sur du papier blanc ?

– Peu importe, ça dépendait de ce qu’on avait sous la main. Effectivement, le plus souvent, c’était sur des feuilles de classeur, il en existait de couleurs différentes, ça permettait d’égayer le courrier. Mais ça m’arrivait d’utiliser du papier tout blanc, ou même des feuilles de bloc-notes ou de cahier déchiré. Mais le plus joli, le plus classe, c’était le papier à lettre. Celui avec les enveloppes assorties. Ce papier-là, on ne l’utilisait que pour les grandes occasions.

 

– C’est à dire ?

– Quand on écrivait a son amoureux ou sa chérie par exemple ! On soignait notre écriture, sans faire de faute, et sans écrire de travers ! Regarde comme c’est joli ces papiers avec ces belles impressions, ce papier tout doux et coloré, et ces écritures avec des petits coeurs qui remplacent les points sur les i !

 

– Y a une fille qui est amoureuse de moi dans la classe, l’autre fois elle m’a fait passer un petit mot avec écrit dessus “J’te kif lol” … c’est pareil ?

– Euhh, oui … à chacun son époque, et c’est déjà mieux qu’un sms … On utilisait aussi le papier à lettre pour écrire à ses amis proches ou à des membres de la famille pour les belles occasions. Par exemple pour souhaiter une bonne année, même si pour cela, il y avait un autre style de courrier plus pratique.

 

– Les SMS groupés ?

– Mais non !! Les cartes de voeux !! Tiens, regarde cette pile de petites enveloppes … A l’intérieur se trouvent des petites cartes sur le thème des fêtes de fin d’année … des bonshommes de neige, des branches de houx, des sapins entourés de cadeaux … ces cartes étaient envoyés à tous ceux qui nous étaient chers, et à qui on souhaitait le meilleur pour la nouvelle année qui s’annonçait.

 

– Tu me fais marcher, on n’écrivait pas une carte par personne, ça en ferait des dizaines à écrire !!!

– Bien sûr que si, comment veux-tu qu’on fasse ?

 

– Bah d’après ce que j’ai compris, maintenant, on prend son smartphone, et on écrit un texto global, avec un message passe-partout tel que “Je te souhaite une bonne et heureuse année pour toi et tes proches, remplie de joies, d’amour et de bonheur”. On sélectionne tous ses contacts, puis “Envoyer”, et zou ! Tranquille pour un an.

– Ah oui, tu veux parler de la malédiction des voeux par texto … Et bien à l’époque, nous devions écrire une carte pour chaque personne à qui on souhaitait la bonne année ! ça prenait du temps, c’est vrai, mais c’était le petit rituel du mois de janvier, on écrivait 4 ou 5 cartes par soir, et au final, tous nos amis et notre famille recevait un message dans sa boîte à lettres. Et en retour, tous les jours de janvier ou presque, on avait droit à une charmante carte en retour !

 

– Et c’était pas contraignant de devoir écrire toutes ces lettres, et de s’embêter à aller les poster ?

– Non … Bien sûr, tout le monde n’aimait pas ça, certains détestaient écrire même, et ne se contentaient que du minimum. Mais pour beaucoup d’enfants ou d’adolescents, cette correspondance était le meilleur moyen d’avoir des nouvelles des autres, et surtout d’en garder un souvenir. Car contrairement aux messages éphémères qu’on supprime aussitôt reçus, on pouvait lire et relire les lettres pour nous replonger dans l’ambiance.

 

Par exemple, quand on rencontrait un ami pendant les vacances, on s’échangeait nos adresses, et en septembre ça permettait de nous remémorer par courrier les bons moments passés sur la plage ou au camping … on avait l’impression d’y retourner pour quelques instants. Toutes ces lettres, c’était à chaque fois un petit trésor déposé par le facteur dans la boîte à lettres, avec des souvenirs, et même quelques petits trucs marrants à l’intérieur !

 

– Comme quoi ?

– Par exemple, quand j’écrivais à un ami depuis le bord de la mer, j’aimais bien mettre un peu de sable de la plage dans l’enveloppe. Et les filles aussi mettaient de temps en temps des trucs de filles : des paillettes, des confettis en forme de petits coeurs, ou des mini stickers avec des petits chiens mignons dessus.

 

– Elles étaient un peu cul-cul la praline tes copines !

– Hé hé ! Parle moins fort, c’est comme ça que ta mère me faisait la cour ! Mais il y avait encore plus cul-cul, tu sais ! Par exemple, au dos des enveloppes, parfois on inscrivait des phrases pleines d’innocence et de naïveté… et donc très bêtes je te l’accorde. Par exemple, on inscrivait “Vite, Vite ! Dépêche-toi petit facteur, car l’amitié n’attend pas !”

 

– Vous osiez écrire de telles banalités ?????!!!!

– Hé oui … et le pire, c’est qu’on adorait ça, on trouvait ça très drôle, et on inventait à chaque fois des nouveaux messages, tous plus navrants les uns que les autres !

 

– ça volait pas bien haut …

– Parce que tu crois que ça vole haut maintenant quand tu lis sur un mur  Facebook “Je suis pour le bonheur et contre la guerre, ose partager si tu es d’accord, je suis sûr que 95% de mes amis n’auront jamais le cran de le faire” ?

 

– ………..

– Beh voila. Chaque époque a eu droit à ses messages bien nases. L’avantage est que dans les années 80, on développait en plus notre imagination et nos dons de bricolage. Par exemple, on fabriquait nous-mêmes nos enveloppes, à partir de vielles pages de magazines d’époque, et on les faisait en forme de coeurs, ou de bouteille, comme les messages qu’on envoie à la mer !

 

– Si je comprend bien tout ce que tu me dis depuis tout à l’heure, ça prenait un temps fou d’écrire à ses amis !

– Ah, c’est sûr, ça prenait plus de temps qu’un texto ! Mais écrire une lettre, ou en recevoir une, c’était plus qu’un message envoyé à un copain … c’était du temps passé à penser aux autres … écrire, s’appliquer, faire l’enveloppe, la décorer, choisir un joli timbre, aller à la Poste à pied en se dépêchant pour arriver avant la levée du courrier … tout cela prenait parfois plusieurs heures … mais un bon camarade, ou une petite chérie valent bien ce temps passé, non ?

 

– Tu regrettes cette époque où tout devait passer par le courrier ?

– Non, j’envoie aussi des mails, des textos, et je met même quelques âneries sur mon mur Facebook de temps en temps … ce qui me manque, c’est l’absence de personnalisation des échanges et les solutions de facilités des envois en masse. Tout cela fait qu’on ne prend plus vraiment de nouvelles des gens, on balance simplement des infos à tout le monde, en espérant que tout le monde va aimer, commenter … en public bien sûr, sans aucune intimité.

 

– Et si je dis un gros mot, tu vas pas me rouspéter, dis ?

– Vas-y, je dirai rien à ta mère …

 

– Bah je t’entends souvent dire à tes copains que tu deviens un vieux con avec l’âge … je crois que ces anecdotes ne vont pas arranger ton cas !

– Eh bien non, je vais pas te rouspéter … parce que malgré toi, tu viens de me faire un sacré compliment qui me fait bien plaisir … ce qui ne t’empêchera pas de rédiger une vingtaine de cartes de voeux en janvier prochain (ça évitera que je le fasse, parce que c’est vrai que c’est quand même bien casse-pieds) …

Voir les commentaires !Ajouter un commentaire !! !

 

Vous avez aimé ? Partagez !!!
error209

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*